Partagez | 
 

 [BETA TEST] Trahir, c'est subjectif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Garin de Lyons

The Red Hawk

avatar

• Inscrit depuis le : 01/04/2012
• Messages : 141
• Pseudo : Garin
• Disponibilité : Libre
• Points de Talent : 2090
• Avatar : Josh Hutcherson
• Points de compétences : 9

Fichier personnel
Archétype: Croisé
Position: Londres
Armes: Poings / Lames

MessageSujet: [BETA TEST] Trahir, c'est subjectif   Mer 25 Avr - 10:39

Trahir, c'est subjectif
Feat. Elizabeth Anderson & Garin de Lyons



Londres, Avril 2012,
Hôpital Universitaire de Bloomsbury


    Certains jours, il arrive plus de choses que d'habitude. Alors chaque individu doit revoir son timing, son emploi du temps, ce qu'il a faire, ce qu'il doit faire, quand, comment. Réagir au plus vite, allez à l'essentiel et à l'efficace. Mais parfois, ça ne suffit pas alors il faut trouver une autre solution au plus vite. Aujourd'hui était un jour comme celui-ci. L'explosion d'une voiture avait fait voler en éclat la vitrine d'un magasin en plein centre ville, faisant plusieurs victimes dont deux morts sur le coup. En ce moment, les hôpitaux étaient facilement débordés et l'hôpital universitaire de Bloomsbury était très demandé pour ses bénévoles et volontaires. Ce matin, il fut pris d'assaut.

    Combien avaient survécu à l'explosion, pour l'instant, l'hôpital ne souhaitait pas s'avancer. Beaucoup de personnes n'étaient pas encore sorties de l'affaire. Alors quand Garin ouvrit les yeux, il aurait dû se sentir bien chanceux. Mais pour l'heure, l'éclairage trop blanc et le frisson qui parcourut tout son corps, ne lui permit pas de comprendre ce qui lui arrivait. Il se sentait lourd, accablé, comme cherchant à percer un cratère dans la terre de la taille de son corps. Pourtant, il ressentait aussi une douleur, mais comme masquée. De la morphine, voilà quelque chose qu'il aimait beaucoup et il referma les yeux.

    Quand il se réveilla pour la seconde fois, ce qui lui vint en premier lieu fut une sorte de panique. Blanc, morphine, douleurs, frissons, lourdeurs... un hôpital. Et grain ne supportait pas les hôpitaux. En fait, il en avait une terreur telle qu'il en resta figé. Il aurait pu se mettre à hurler mais quelque chose resta bloqué dans sa gorge. Puis tout lui revint en mémoire doucement. N'importe qui aurait demandé où il était, pourquoi il était là, si sa famille allait bien. Mais pour Garin, la seule question était "pitié, faites que ce ne soit pas un hôpital sous le joue des Templiers." Et il referma à nouveau les yeux.

    Plusieurs jours passèrent et Garin resta en observation sans être réellement conscient de ce qui lui arrivait. Parmi les blessés graves, il restait l'un des plus chanceux. L'explosion l'avait soufflé et cogné contre un mur. Un débris de tôle s'était enfoncé dans ses côtes mais allez comprendre comment, rien n'avait été touché. Non, assurément que Garin était un bien chanceux patient car n'importe qui n'aurait jamais survécu à de telles blessures et encore moins à un choc pareil dans une explosion. Mais dans son cas, il était à présent tiré d'affaire et dans une chambre simple, dans le silence. L'éclairage lui semblait moins blanc mais toujours bien trop fort. Par la fenêtre, il aperçut la pluie cognant contre la vitre. Il ne faisait clairement pas beau et le ciel était noir.

    Autre chose : il n'y avait plus de morphine et la douleur dans ses côtes le ramena au jour plus efficacement que la lumière. Il grimaça et tenta de se redresser. Ses cheveux blonds étaient décoiffés en travers de son front et de ses yeux bleus fatigués et son teint était aussi pâle qu'un mort. Tous ces fils dans son bras, il les arracha d'un coup sec. Personne ne retenait Garin dans un hôpital. Douleur ou pas, il comptait bien, et vite, sortir d'ici. Le manque de morphine avait dû le réveiller mais la douleur le tiendrait éveillé.

_________________
"Tu avais une place au Temple mais cela ne te suffisait pas.
Il fallait que tu aies davantage."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elizabeth Anderson

Zabi Zabou la force du fruit !

avatar

• Inscrit depuis le : 19/04/2012
• Messages : 4
• Pseudo : Elizabeth Anderson
• Âge : 29
• Disponibilité : Libre
• Localisation : Londres
• Points de Talent : 2015
• Avatar : Audrey Tautou

Fichier personnel
Archétype: Magie
Position: New-York
Armes:

MessageSujet: Re: [BETA TEST] Trahir, c'est subjectif   Ven 27 Avr - 15:03

Embauchée sur le pool du Centre Hospitalier Universitaire, Elizabeth changeait de service très souvent, remplaçant les arrêts maladies à droite et à gauche. Ce matin-là, elle était aux urgences. Tout avait commencé plutôt normalement. Quelques accueils de la nuit à s'occuper, soit en leur trouvant une place dans un service plus adapté, soit en les renvoyant chez eux. Les alcooliques habituels qui finissaient de décuver, une ou deux entorses, quelques coupures, un arrêt cardiaque, des fractures, grippes ou gastro pour les nourrissons... Bref, le lot quotidien des urgences un matin de semaine. Pour l'instant, il y avait de la place pour tout le monde, ou presque, et quasiment pas de retard.

Mais un coup de fil peut faire tout basculer. Le bruit alla très vite. Une explosion de voiture près d'un magasin fréquenté en ville. Déjà deux morts. Un maximum de blessés évacués vers leur hôpital. Et en quelques minutes, tout le service se retrouva submergé de travail, à ne plus savoir où donner de la tête. On fit attendre ceux qui n'était pas en état critique, et bientôt, tous les médecins et internes à disposition se retrouvèrent à partir au bloc avec les blessés graves. Elizabeth resta dans le service, à prodiguer les soins les plus rapides, bandages, pansements, nettoyage des plaies...

Elle rassura aussi les familles venues, inquiètes pour leurs proches, les aiguilla vers le bon service où serait ensuite dirigé leur père, leur mère ou leur cousin... L'infirmière se demanda si la police avait des pistes quant à l'origine de l'explosion. Peut-être que le réseau en saurait plus ? Elle se renseignerait à la fin de son service. Le reste de la matinée se passa rapidement, et l'équipe d'après-midi avait du pain sur la planche. La jeune femme rentra chez elle et alluma la télévision, zappant directement sur la chaîne info. Les images étaient impressionnantes, la dose d'explosif avait du être forte... Après un moment de pause sans rien apprendre de plus, Elizabeth s'entraîna et contacta celui qui avait été son mentor, mais celui-ci ne put rien lui fournir non plus. La templière se coucha tôt ce soir là, pressentant que la journée du lendemain allait encore être plutôt speed.

En effet, il y avait encore du monde le matin venu. Mais Elizabeth était placée au service de réanimation. Elle fit son tour avec l'infirmière de nuit, qui lui présenta ses quatre patients, une vieille femme atteinte de BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) qui avait fait une crise respiratoire assez grave quelques jours auparavant, un homme de 50 ans sous assistance respiratoire, victime d'un accident de voiture, avec multiples fractures, et deux victimes de l'attentat de la veille, une femme d'une trentaine d'année et un jeune homme, un peu plus jeune, mais il était difficile de lui donner un âge précis.

-Celui-ci s'est réveillé une fois dans la nuit, mais complètement désorienté et il est vite retombé inconscient. On a augmenté un peu la morphine. Son pansement sera à changer dans la matinée.

Le travail ne manqua pas à notre infirmière ce matin là. Lorsqu'à un moment, elle entra dans la chambre et qu'elle le vit réveillé, elle lui sourit et se présenta :

-Bonjour, je m'appelle Elizabeth, et je suis l'infirmière qui s'occupe de vous ce matin.

Mais celui-ci ne l'écoutait apparemment pas, l'air paniqué et encore désorienté. Il se rendormit. La matinée se termina sans plus de nouvelles péripéties. La jeune femme resta quelques jours dans ce service, à s'occuper de ces quelques patients. En même temps, elle suivait de près l'affaire de l'explosion, sans grand succès dans les pistes suivies par la police.

Cela faisait à présent cinq jours que ce mystérieux jeune homme était dans le service, sans aucune visite et aucune identité connue. Les pansements et la morphine avaient diminué, mais il restait encore dans un état de fatigue important. Aussi, lorsque Elizabeth entra dans sa chambre pour changer sa perfusion, et qu'elle le vit debout, les fils pendant à terre, elle pressentit qu'il ne voudrait pas se recoucher gentiment. Elle bipa un médecin, et s'approcha de lui pour tenter de le faire se rallonger :

-Ola jeune homme, où allez-vous ainsi ? Vous tenez à peine debout, je vous en prie recouchez-vous...
Hum, elle avait été convaincante là ? Espérons-le !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://envoleesnocturnes.over-blog.com

Garin de Lyons

The Red Hawk

avatar

• Inscrit depuis le : 01/04/2012
• Messages : 141
• Pseudo : Garin
• Disponibilité : Libre
• Points de Talent : 2090
• Avatar : Josh Hutcherson
• Points de compétences : 9

Fichier personnel
Archétype: Croisé
Position: Londres
Armes: Poings / Lames

MessageSujet: Re: [BETA TEST] Trahir, c'est subjectif   Ven 27 Avr - 17:32

Garin ne comptait pas sortir avec juste sa t-shirt et pantalon d'hôpital sur les fesses, pas vrai ? Voyant la femme entrer dans sa chambre, il fronça les sourcils.

_ Où sont mes affaires ?

Légèrement drogué par les restes de morphine, il se retint au bout du lit pour ne pas chavirer. Mais quand elle approcha les mains, il leva les siennes pour la repousser et secoua la tête en marmonnant. Il se souvenait de ce qui s'était passé, il n'arrivait juste pas encore à comprendre précisément ce qu'il s'était passé. L'explosion de la voiture, ça, c'était certain. Et le mur dans le dos, ça aussi il s'en souvenait bien. Pourtant, pas mal de choses s'embrouillaient dans sa tête et il crispa les yeux alors qu'une douleur sourde lui transperçait les tempes. C'est comme s'il perdait l'équilibre ou quelque chose du genre en s'étant relevé trop vite. Il porta une main à sa tête et garda l'autre dressée vers la jeune femme pour l'empêcher d'approcher. Où qu'il fut, il ne laisserait personne tenter de le toucher.

En redressant la tête, il vit la porte face à lui, grande ouverte. Aucun son ne lui parvenait tant que cette douleur lui battait les veines. Mais il vit la porte et c'était tout ce qui importait. Continuant d'avancer et prenant un meilleur appui sur le sol, il fit plusieurs pas jusqu'à l'objet de son désir avec la conviction de la passer - tant pis pour ses affaires - et de sortir d'ici fissa en tapant le sprint du siècle. Il fit "une pause" à quelques pas seulement et s'adossa au mur en fermant les yeux. Peut-être que la douleur et le vertige finiraient bien par passer d'eux mêmes. Il laissa échapper un léger gémissement en crispant le visage, se retenant au mur comme il pouvait. D'accord, peut-être aurait-il un peu de mal à lancer le sprint. Mais en ces quelques instants de douleur et de vertiges, il revit l'accident dans sa tête puis d'autres images. Du feu, beaucoup de feu, de la chaleur, des chocs et puis des cris. Autant d'images qui affluaient dans son esprit sans aucun contrôle et il se sentit soudainement d'une grande faiblesse, d'une forte impuissance. Et cette culpabilité qui le rongeait. Son visage se transforma à nouveau jusqu'à ce qu'il rouvre les yeux sur la jeune femme.

Il fit tout pour ne pas se laisser se démonter. La douleur dans sa tête l'abrutissait quelque peu mais il n'était pas de ceux qui se laisseraient trainer au sol en montrant qu'ils souffraient. Mais il aurait besoin d'elle pour sortir d'ici. Il posa la question entre ses dents. Pas seulement parce qu'il avait mal mais aussi pour se montrer dangereux. Restait à savoir s'il l'était vraiment.

_ Où sont mes affaires...

C'est qu'il n'avait pas l'air méchant. Ni mauvais. Il avait ce visage d'ange que tout le monde lui accordait. Ses cheveux blonds en bataille qui le rendait insoupçonnable et ses yeux clairs qui lui donnaient de l'innocence. Mais personne ne connaissait Garin. Et personne ne voulait le connaître. Personne n'aimait les marginaux comme lui.

_ Vous allez m'aider à sortir d'ici.

_________________
"Tu avais une place au Temple mais cela ne te suffisait pas.
Il fallait que tu aies davantage."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [BETA TEST] Trahir, c'est subjectif   

Revenir en haut Aller en bas
 

[BETA TEST] Trahir, c'est subjectif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret World :: LONDRES :: Londres : Ville Ancienne-