Partagez | 
 

 [Kwon/Elliott] La Caresse des Ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Ellie Scott

EVERYTHING IS TRUE

avatar

• Inscrit depuis le : 01/03/2012
• Messages : 83
• Pseudo : Elliott
• Disponibilité : Libre
• Points de Talent : 2147
• Avatar : Emmy Rossum
• Archétype : Escroc
• Points de compétences : 6

Fichier personnel
Archétype: Escroc
Position: Newport
Armes: Fusil à Pompe

MessageSujet: [Kwon/Elliott] La Caresse des Ténèbres   Ven 30 Mar - 10:23

La Caresse des Ténèbres
Feat. Kwon Jiyong & Ellie Scott


Newport, Mai 2012
Quartier Venice


    Arrivés le matin même, le groupe de 6 agents du Dragon avaient été mis en relation avec leur contact. Ce dernier, n'informant de la mission que le lendemain, invita ses confrères à trouver repos et refuge dans la plus ancienne auberge du quartier. Celle-ci, anciennement tenue par un couple de femmes que tout le monde qualifiait des plus adorables dans le quartier, perdait de son ampleur et de sa réputation. Petit à petit, à présent gérée par un homme étrange aux longs cheveux blonds du nom de Marcus, l'auberge n'était plus vue du même oeil. Pourtant, certains anciens étudiants comme Charlie, gérant du bar le Fringe à quelques pas d'ici, aimaient à y revenir et se raviver à d'anciens souvenirs.
    Trop fatigués pour discuter, les agents prirent une chambre chacun et restèrent toujours en contact d'une manière ou d'une autre. Avant leur mission, ils auraient besoin d'une bonne nuit de sommeil après leur long voyage.


Newport, Mai 2012
Quartier Venice
Auberge de jeunesse Border House


    Environ quoi. Un ? Deux mois que j'étais ici ? Je ne savais plus trop. J'avais trouvé cette auberge de jeunesse, près de la fac d'arts visuels du quartier Venice. Pour tout vous dire, je haïssais Newport. Mais pour le moment, je n'avais pas trop le choix. De plus, je n'étais pas très loin du Fringe. On disait que le nouveau gérant avait habité ici quelques années plus tôt. La responsable de l'auberge m'avait même indiqué que la chambre que j'occupais, était celle de ce type-là. Ce n'était pas très grand, le matelas était vieux mais on payait trois fois moins cher qu'en ville, on nous foutait la paix et on avait une belle vue sur... Les égouts ! Idéal en cas de fuite, n'est-ce pas ?

    Ces derniers jours, j'étais restée enfermée dans ma chambre. Depuis ce qu'il s'était passé à Tokyo et ce qui m'était arrivé, j'avais eu quelques appréhensions à quitter cet endroit. Mais ce matin, je m'étais prise en main. Une bonne douche, bien chaude. C'était l'inconvénient d'habiter ici : les toilettes et les douches étaient dans une pièce à part des chambres. Mais je vous l'ai dit : on payait carrément pas cher et niveau moyen, je n'étais peut-être pas à la rue, mais pas loin. Tout était passé dans la réparation de mon camion. Si la pilule passait mal ? Un petit peu.

    Me frottant les cheveux de ma serviette, je retournais vers ma chambre, fière de moi. Je m'étais enfin bougé le train et la motivation était toujours là. Aujourd'hui, j'allais sortir en ville et trouver tout ce qu'il y avait de positif dans cette ville ! Dans 5 minutes, je serais habillée et la ville découvrirait une nouvelle Ellie ! Vêtue de mon short et d'un débardeur, je ne comptais pas pour autant m'attarder dans les couloirs. Pourtant, une fois la main sur ma poignée, un bruit bizarre me parvint à l'oreille. Je me figeai, songeant que quelqu'un pouvait me voir en "petite tenue" et je relevai doucement la tête vers le bout du couleur. Rien. J'allais ouvrir ma porte lorsqu'à nouveau, le bruit sourd se fit entendre. Le genre de grondement peu rassurant que l'on préférait entendre dans ses cauchemars que dans sa vraie vie. Pourtant... Ces derniers jours, la vraie vie, c'était un vrai cauchemar.

    Je déglutis en voyant une ombre à l'intersection du couloir, de là où je venais. Et encore une fois, ce grondement. J'avais déjà entendu ce genre de bruit : dans des jeux vidéos qui font peur. L'ombre se rapprochant, j'attendis, les cheveux à moitié devant les yeux.

    _ Y a quelqu'un ?

    Pas de réponse. Vous savez, une personne normalement constituée serait rentrée direct dans sa chambre. Mais moi, non. J'attendais.


A PROPOS D'ELLIE

Surnommée "Elliott" par sa famille depuis sa naissance, Ellie est Canadienne. Son travail de routière et conductrice de poids lourd lui plaît. Elle l'exerce depuis quelques années maintenant et approvisionne les villes en détresse des Etats-Unis avec des produits frais et parfois des armes. Dans le milieu de la vingtaine, son visage n'exprime plus grand chose mais peut dévoiler d'un passé perturbant encore trop proche. Son allure jean/débardeur crasseux en repousse même plus d'un. Ellie n'est pas une fille précieuse. Pourtant, son sourire en désarçonne plus d'un tant il inspire l'optimisme en illuminant son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kwon Jiyong

Prince of Chaos

avatar

• Inscrit depuis le : 15/05/2012
• Messages : 11
• Pseudo : Kwon Jiyong
• Points de Talent : 2042
• Avatar : L (Kim Myung Soo)

Fichier personnel
Archétype: Magie
Position: New-York
Armes:

MessageSujet: Re: [Kwon/Elliott] La Caresse des Ténèbres   Dim 27 Mai - 13:01

Jiyong aimait bien ses compagnons de voyage. Six agents en tout, avec des caractéristiques différentes pour mieux appréhender l’inconnu et avoir une plus grosse de chance de réussir la mission. L’échec n’était jamais envisagé chez le Dragon, on partait toujours gagnant, mais on avait les risques bien en tête. Le sang-froid, la patience. Le Dragon avait toujours ce qu’il voulait, peu importe combien de temps ça prenait, et peu importe s’il fallait se rendre au bout du monde. En l’occurrence, chez les Illuminatis, même s’ils n’étaient pas l’objet de la mission. C’était pas de la tarte. Ceux qui avaient déjà eu l’expérience du message terrifiant semblaient plus inquiets que les autres. Du genre Jiyong, qui touchait du bois de ce côté-là.

Ils étaient pas mal fatigués par le voyage, mais il ne fallait pas penser qu’ils étaient diminués pour autant. La découverte des chambres les avaient quelque peu refroidis, mais aucun n’avait fait vraiment de remarque. La plupart avait déjà vu bien pire. Jiyong avait déjà dû dormir dehors une nuit d’orage, le cauchemar. Alors, si le matelas était pas trop mauvais et les sorties de secours à portée de main, c’était plutôt le confort et la promesse d’une soirée paisible.

Du moins, c’est qu’il avait pensé. Le coréen était assis tranquillement dans la salle commune de l’auberge du Border House, autour de la table qu’il partageait avec les autres agents. Après le repas, certains avaient proposé de jouer une heure, d’autres de discuter stratégie, mais Jiyong, rompant sa promesse de mieux se sociabiliser, préféra se proposer au premier tour dans la ville. Sensible aux énergies, il sentirait les ondes négatives, commencerait à déterminer avec précision la source de l’Interférence, et pourrait user de sa magie mentale pour frôler l’esprit des gens et prendre la température des lieux.

Un agent d’à peu près son âge se proposa pour venir avec lui, mais il déclina poliment. Lorsqu’il étudiait le terrain et les gens, il se plongeait en général dans un mutisme assez agaçant pour quiconque l’accompagnait. De toute façon, il promit de les contacter aussitôt s’il rencontrait un problème, et ils en avaient parfaitement les moyens, alors ils le laissèrent regagner sa chambre, non sans lui souhaiter bonne chance.

Ils étaient presque tous voisins de chambre, ils l’avaient demandé et imposé comme condition non négligeable. Mais dans le couloir où ils se trouvaient, il y avait encore une chambre, déjà occupé, et dont, après vérification, il ne s’agissait que d’une civile qui n’avait aucune idée de leur présence. Il se trouve que Jiyong était son voisin direct. Il l’avait un peu observé et sa magie mentale avait quelque fois tenté d’entrer dans ses pensées, juste un peu pour qu’elle ne se rende compte de rien, et elle ne représentait effectivement pas de danger.

Mais au cœur du danger, elle s’y trouvait bien. Le grondement résonnait de manière sourde dans tout le corps de Jiyong, et encore plus dans sa tête, ultra sensible. D’accord, un monstre ? Probable. Lequel ? Voilà toute la question. Une main sur son pistolet, une autre contre sa tempe, il essayait de déterminer la position de la bête et de la jeune femme.


_ Y a quelqu'un ?

Le coréen sourit. Elle venait, sûrement sans le savoir, de lui indiquer qu’elle était devant la porte de sa chambre. N’importe qui serait entré, terrifié, à l’écoute de ce grondement qui approchait. Elle n’avait peut-être encore jamais eu affaire à ces horreurs des ténèbres, qui sait ? La plupart mourrait la première fois, de toute façon. Mais il était là, elle ne mourrait pas aujourd’hui.

Aussi silencieux qu’une ombre, il déplaça jusque dans le couloir, suivant la bête qui ne l’avait pas encore détecté. Impossible de voir quel genre c’était. Jiyong devait la voir de plus près et surtout, attiré son attention vers lui. Lorsqu’il estima que la jeune femme était à portée de griffes ou d’autre chose, il fit s’ouvrir toutes les portes du couloir, des rayons de lumière pénétrèrent aussitôt le couloir, et le plus important, il ouvrit la porte du fond. La sortie de secours.

D’une voix calme et contrôlée, il dit :


« Mademoiselle, la sortie, c’est par là. »

Il espéra qu’elle prenne ses jambes à son coup. Un halo bleu l’entoura alors qu’un cri puissant se projeta sur lui, ainsi qu’une masse informe, mécontente de s’être vu ravir sa proie sous son nez par un petit agent du Dragon.

Le choc le projeta à l’intérieur d’une chambre, mais son arme toujours pointé droit devant lui, il tira plusieurs balles, les yeux et l’esprit attentif aux moindres mouvements. Mais qu’est-ce que c’était ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ellie Scott

EVERYTHING IS TRUE

avatar

• Inscrit depuis le : 01/03/2012
• Messages : 83
• Pseudo : Elliott
• Disponibilité : Libre
• Points de Talent : 2147
• Avatar : Emmy Rossum
• Archétype : Escroc
• Points de compétences : 6

Fichier personnel
Archétype: Escroc
Position: Newport
Armes: Fusil à Pompe

MessageSujet: Re: [Kwon/Elliott] La Caresse des Ténèbres   Jeu 31 Mai - 22:16

    Vous savez que quelque chose cloche lorsque tout est trop calme. Bien trop calme, silencieux. Et je sentais cette ombre dans mon dos, montante, menaçante. Et un semblant de grondement sans trop savoir s'il venait du ciel, de la terre, ou de ce que j'entendais dans mon dos. Je n'avais aucunement conscience des hommes dans l'immeuble. Je savais juste que cette nuit, nous étions plus nombreux. De toute façon, je n'étais pas des plus dérangée dans la mesure où j'étais près des escaliers, qu'en face de moi, la chambre était inhabitée. Je n'avais donc qu'un seul réel voisin. Et il n'était pas bruyant.

    Je m'humectai les lèvres. J'entendis comme un ronronnement dans mon dos et quelque chose de chaud dans le creu de ma nuque. Je déglutis et entrepris de me tourner très lentement, juste la tête pour voir par dessus mon épaule. Peut-être que si je ne bougeais pas, alors la bête ne saurait pas que je suis là ? Doucement, je suivis le grondement dans mon oreille et me tournai assez pour voir une masse noire et imposante. Il arrive un moment, dans la vie d'une femme où le sexe n'existe plus. Il ne s'agit là que d'un être humain tout à fait basique avec juste son cerveau pour penser. La respiration en suspens, je tournai un peu plus la tête, les sourcils hauts et le visage inquiet. Il était là, juste derrière moi, nez à nez et ses yeux ronds dans les miens. Si toutefois c'étaient ses yeux car je n'eus l'occasion de m'en assurer.

    D'un coup, toutes les portes du couloir s'ouvrirent et je me laissai tomber au sol dans un cri de surprise, mes mains protégeant ma tête. Puis le monstre fut disparu. J'eus à peine le temps de remarquer un homme me montrant un chemin mais la bête fit tant de bruit en hurlant, soudainement attirée par ce nouvel arrivant perturbateur, que je n'eus pas l'occasion de comprendre son invitation. Quand bien même, je ne l'aurais pas écouté. Je n'étais pas du genre à ne rester sans rien faire. Plus maintenant. J'avais changé. Je relevai la tête et vis le jeune homme, visiblement asiatique en mauvaise posture. Puis vinrent les coups de feu.

    Je posai mes mains sur le sol pour me relever et attrapai ma serviette que je fis battre d'un coup sec dans l'air, un courant électrique, comme statique mais en rose violacé, parcouru l'étoffe. Ne me laissant pas prier, je sautai sur l'animal et passai ma serviette autour de sa gorge. Ni homme, ni femme, je cherchai juste à l'anéantir. C'était la troisième fois que je voyais ce genre de créature. La première, j'étais terrifiée. La deuxième, je n'étais pas seule. Celle-ci... Il ne s'agissait plus uniquement de survivre et de protéger. Mais simplement de tuer. D'éliminer. Je me protégeai la tête derrière celle du monstre pendant que l'homme tirait tout ce qu'il savait. Il ne pouvait pas être comme tout le monde, et posséder des pouvoirs ? On irait bien plus vite selon mes probabilités.

    Alors la bête se releva d'un coup sec et m'envoya valser à mon tour dans une des chambres : la vide, celle qui était en face de la mienne et dont la porte se trouvait entre nos chambres à l'homme et moi. En tombant, mon bras heurta un fauteuil à roulettes qui glissa sur un tapis, à quelques centimètres de là. J'allais me relever et me replonger dans le combat quand quelques chose attira mon attention. Sur ma droite, par la fenêtre, je vis une lueur violacée, étrange, comme un vortex ou quelque chose qui tournait. Mais le cri de la bête me dissuada de m'en occuper pour l'heure. J'attrapai une lampe de chevet sur le bureau dans mon dos et constata par ce geste que ma chute avait été bien lourde sur mes membres. Changeant de main, je cassai l'ampoule et l'abat jour, tirai d'un coup sec sur le câble pour l'arracher et ne gardai que le bâton principal. Même court, il me serait d'un très bon secours !

    Reprenant alors ce que j'avais appris de la vie ces derniers mois, mes yeux se colorèrent d'une manière rosâtre, nacrée, à peine visible selon la direction de la lumière. Selon l'angle de vision, mes yeux changeaient. Comme à chaque fois que je me mettais en colère. Le bâton d'aluminium tourna entre mes doigts, et une nouvelle charge emplit le matériau alors que je revenais vers la bête, se débattant avec le jeune homme, bientôt rejoint par une horde d'hommes dans le même style que lui. Nous étions 7, à présent.

    Et tous armés, chacun à sa manière. Encerclé, la bête n'avait plus qu'à nous observer. Ce que je vis chez ces hommes-là n'avait plus de secret pour moi, ce n'était pas la première fois que je voyais des flammes dans un poing. ou de l'électricité au bout d'une épée. Ou bien des auras verdâtres se dégager des corps... Au final, j'étais avec des gens comme moi. Prêts à frapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Kwon/Elliott] La Caresse des Ténèbres   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Kwon/Elliott] La Caresse des Ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret World :: NEWPORT :: Quartier VENICE :: La Border House-